3. Une maladie : la dystrophie musculaire

La dystrophie musculaire :

Pour illustrer l’influence des cellules souches sur une étude de cas concrète, nous avons choisi la maladie de la dystrophie musculaire. On appelle dystrophies musculaires, les maladies issues du groupe des myopathies génétiques héréditaires qui ont en commun de provoquer une faiblesse progressive des muscles de l’organisme dans lesquelles les muscles du visage, des bras, des jambes, de la colonne vertébrale ou du cœur diminuent de volume et s'affaiblissent progressivement avec le temps.

 

Il existe plusieurs formes de dystrophie musculaire, se classant en différents types selon leur mode de transmission (lié ou non au sexe, dominant ou récessif), la rapidité de développement de la maladie et le début de survenue des symptômes. :

•la dystrophie musculaire de Duchenne (ou myopathie de Duchenne)

•la dystrophie myotonique,

•la dystrophie musculaire de Becker,

•la dystrophie musculaire facio-scapulo-humérale,

•les myopathies des ceintures,

•la maladie d'Emery-Dreifuss,

•la dystrophie musculaire oropharyngée,

•la dystrophie musculaire distale,

•les myopathies mitochondriales.

Toutes les dystrophies musculaires sont héréditaires. Chaque forme de dystrophie musculaire est associée à des mutations génétiques distinctes. La nature et l'emplacement chromosomique de la mutation génétique déterminent les caractéristiques de la dystrophie musculaire et la façon dont la maladie se transmet de génération en génération.

La dystrophie musculaire est une maladie rare. Par exemple, bien que la dystrophie de Duchenne en soit la forme la plus fréquente, elle n'affecte qu'une personne sur 50 000. Les autres formes de dystrophie musculaire sont encore plus rares.

 

La myopathie de Duchenne : Un peu d'histoire

Un peu d’histoire : Dans les années 1860, le neurologue français Guillaume Duchenne rapporta les observations complètes de 13 garçons atteints de la forme la plus fréquente et la plus sévère de la maladie qui porte actuellement son nom. Il fut ensuite démontré que la maladie comportait plusieurs formes et pouvait atteindre des sujets masculins à tous les âges.        

25367 5               

Photo du premier cas de myopathie de Duchenne diagnostiqué par Guillaume Duchenne.

La myopathie de Duchenne : En bref

En bref : La dystrophie musculaire de Duchenne est liée à une anomalie du gène DMD, responsable de la production d’une protéine impliquée dans le soutien de la fibre musculaire, la dystrophine. En effet la mutation de ce gène a pour origine dans 65 % des cas, une délétion dans la séquence de nucléotide codant pour le gène. Les 35 % restant étant des substitutions ou des additions. Chez les patients atteints de myopathie de Duchenne, en l’absence de dystrophine, les fibres qui constituent les muscles squelettiques, les muscles lisses et le muscle cardiaque s’abiment à chaque contraction et finissent par se détruire. Des cellules souches musculaires tentent de régénérer le tissu musculaire lésé, mais ce processus est vite débordé et la dégénérescence finit par l’emporter. Ainsi, dans les clichés ci-après, nous pouvons comparer un muscle sain avec différents stades de dégénérescence musculaire. Plus le stade est avancé, plus les myotubes forment des arrondis. Les flèches montrent différents stades de nécrose et les astérisques désignent par ailleurs la présence de tissus adipeux dans le muscle.

                       25367 8

Coupes histologiques de muscle strié squelettique provenant d’un patient atteint

de Dystrophie Musculaire de Duchenne à différents stades dans le temps.

 

La myopathie de Duchenne est la plus fréquente et la plus grave des dystrophies musculaires mais elle reste une maladie rare. Elle touche chaque année 150 à 200 garçons nouveau-nés en France. Environ 2 500 personnes sont affectées par la maladie en France.  Elle atteint surtout les hommes (elle est liée au chromosome X et transmise par les femmes). Les femmes ont deux chromosomes X, tandis que les hommes n'ont qu'un seul chromosome X (ils ont également un chromosome Y mais celui-ci ne possède pas de copie du gène dystrophine). On dit d'une femme qui possède le gène anormal qu'elle est « porteuse ». Le risque de transmettre le gène défectif à chacun de ses enfants (que ce soit un garçon ou une fille) est de 50 %. Si tel est le cas et qu'il s'agit d'un garçon, il développera alors la maladie musculaire. Dans le cas d'une fille, l'enfant sera porteuse et pourra transmettre le gène à ses propres enfants. En effet, 99,9 % des malades sont des garçons.

 DuchenneArbre généalogique représentant la fréquence d'apparition de la

Dystrophie Musculaire de Duchenne (DMD) dans une famille susceptible de contenir des enfants atteints 

 

 

La myopathie de Duchenne : Manifestations

Manifestations : La maladie se manifeste rarement avant l'âge de 3 ans. Le garçon commence à tomber et a des difficultés à se relever. Une faiblesse musculaire gagne progressivement les membres inférieurs (bassin et haut de la cuisse), entraînant des difficultés pour courir et monter les escaliers, ainsi que des chutes fréquentes. Elle touche ensuite les muscles du dos et les membres supérieurs (omoplate et épaule), avec des difficultés pour attraper des objets en hauteur et lever les bras. Les muscles du dos étant situés le long de la colonne vertébrale, leur affaiblissement entraine une scoliose.

Les muscles respiratoires sont également touchés par la maladie, généralement au moment de l'adolescence. L'altération de leur fonction est accentuée par la survenue d'une déformation de la colonne vertébrale qui gène la respiration. Cela entraine un encombrement, une impression de souffle court et la survenue fréquente d'infections (bronchites, pneumonies). En outre, l'atteinte des muscles abdominaux rend la toux moins efficace pour dégager les voies respiratoires.

La maladie s'accompagne également d'une atteinte du muscle cardiaque qui se contracte moins efficacement. Cette atteinte survient à un âge variable et souvent de façon silencieuse. Elle peut se manifester par un essoufflement anormal et des palpitations. Mais le plus souvent, elle est découverte au cours d'examens de contrôle (pratiqués au moins une fois par an). Il s'agit de l'une des complications majeures de la maladie, conduisant à une insuffisance cardiaque.

La maladie entraîne enfin une atteinte des muscles du tube digestif associée à des troubles du transit intestinal qui sont accrus par l'immobilisation et le manque de verticalisation. Le muscle lisse de l'intestin peine à faire progresser les aliments, avec une tendance à la constipation. Ces troubles peuvent aller de simples ballonnements à des douleurs abdominales, voire à des complications graves comme une occlusion intestinale. Une alimentation équilibrée et riche en fibres est nécessaire dès le plus jeune âge.

La myopathie de Duchenne : Conséquences

Conséquences :

→Une fragilité osseuse s’installe progressivement. Le manque de sollicitation mécanique des os, lié à l’immobilisation, favorise leur déminéralisation (ostéoporose). Le risque est alors la survenue de fractures au niveau des membres ou de la colonne vertébrale.

→Des problèmes nutritionnels surviennent souvent. Ils se manifestent soit par une prise de poids (voire une obésité au moment de la perte de la marche) quand les apports nutritionnels deviennent supérieurs aux besoins, soit, à l’inverse, par un amaigrissement lié à une perte d’appétit, une dépression et des difficultés à avaler (troubles de la déglutition liés à l’affaiblissement de certains muscles de la gorge).

→Une incontinence, correspondant à des pertes occasionnelle et incontrôlées des urines, peut apparaître à un âge variable, généralement à l’adolescence. Elle résulte de l’affaiblissement des structures qui contrôlent la miction. Le phénomène est accentué par le manque de toilettes accessibles aux personnes à mobilité réduite ou par la dépendance d’un tiers pour s’y rendre. Par ailleurs, l’immobilité et l’apport insuffisant en liquides favorisent la formation de petits calculs dans la vessie ou dans les reins (lithiase urinaire) qui sont, à terme, très douloureux.

→Des troubles de la microcirculation peuvent se produire tardivement. Il s’agit le plus souvent d’une sensation de froid et de picotements au niveau des extrémités des membres, notamment des pieds, liés à un mauvais retour de sang.

→Des difficultés d’apprentissage peuvent être liées à des troubles anxieux ou dépressifs ainsi qu’à l’absence de dystrophine dans le cerveau et le cervelet. L’anxiété de l’enfant face à la maladie peut également entrainer des problèmes émotionnels se manifestant par des sautes d’humeur, une certaine irritabilité, voire de l’agressivité ou une baisse des performances scolaires. Quelques enfants présentent des troubles majeurs de la communication.

Actuellement, il n’existe pas de traitement permettant de guérir de la maladie. La prise en charge des patients repose sur l’optimisation de leurs capacités musculaires ainsi que sur la prévention et le traitement des complications, notamment des complications cardiaques et respiratoires. Une kinésithérapie régulière est conseillée pour optimiser la fonction musculaire et prévenir la survenue d’un risque de fracture.

Cependant des essais et des traitements curatifs sont envisagés dans les laboratoires de recherche.

 

Commentaires (1)

Nathalie
  • 1. Nathalie | 14/10/2018
Voici comment traiter les troubles anxieux et les crises de panique, et comment stopper leurs attaques..
Je vous présente une collection complète pour traiter les symptômes des troubles de la personnalité avec des traitements simples et efficaces.
Voici le lien:
https://produitsnumeriques.com/trouble-personnalite/

https://produitsnumeriques.com/produits/une-collection-complete-pour-traiter-les-symptomes-des-troubles-de-la-personnalite.jpg width=200

Cordialement
Nathalie L

Ajouter un commentaire